Les équipes professionnelles ont des nutritionnistes et vont au gymnase tous les jours

19. Octobre 2020

Dans le nouvel épisode « Unchained », Shane Emmett, 21 ans, joueur de « CS:GO », dissipe les préjugés et explique ce qu’il apprend sur la vie par le gaming.

Les équipes professionnelles ont des nutritionnistes et vont au gymnase tous les jours

Shane Emmett : Le E-sport est encore nouveau et peu conventionnel, mais le travail est en cours. En tant qu’informaticien, je passe huit heures au bureau, et c’est là que je constate que je travaille et que je ne me contente pas de ne rien faire et de regarder Netflix.

Ne mangez-vous vraiment que du fast food ?

Non, les équipes professionnelles ont leurs entraîneurs en nutrition et en fitness. Pour avoir un bon temps de réaction, il faut être prêt physiquement et mentalement, la bonne nourriture en fait partie.

Les E-Sport athlètes ne sont-ils pas simplement accros au gaming ? Non. J’aime le comparer au football. Ronaldo ou Messi ne sont pas non plus devenus les meilleurs joueurs parce qu’ils sont accros. Ils s’entraînaient.

Avez-vous vraiment appris quelque chose de décent ?

J’ai appris l’informatique, et l’année prochaine, je veux commencer une formation de spécialiste de la cybersécurité. Je pense que c’est une chose décente à faire. Si nous parlons de savoir si j’ai appris quelque chose de décent en jouant le jeu, il est clair que oui. J’ai appris à jouer en équipe, j’ai appris à critiquer et j’ai appris à distribuer les critiques. C’est quelque chose de très important dans la vie.

Combien d’écrans avez-vous arrachés sous le coup de la colère ?

Je n’ai rien cassé en jouant. Quand je suis émotif, je sors pendant dix secondes, et puis c’est fini. Si vous jouez à des jeux de tir, vous n’avez pas de problème de colère.

Combien d’argent avez-vous dépensé en produits cosmétiques pour le jeu ?

Je ne connais pas le chiffre exact. Je peux vous dire à peu près combien valent mes peaux aujourd’hui, ce serait entre 4000 et 4500 francs. J’ai dépensé beaucoup moins.

Lorsque vous jouez sans arrêt, comment vous rencontrez quelqu’un ?

Tout d’abord, je tiens à dire qu’il y a de plus en plus de femmes dans les fêtes de la LAN suisse et aussi dans le secteur professionnel. En plus de cela, nous travaillons tous à temps partiel en Suisse, nous allons aussi parfois à la sortie. Vous faites souvent la connaissance de votre partenaire dans le cercle d’amis élargi ou au travail, ce n’est donc pas un problème du tout.

Que faites-vous lorsque le E-Sport n’est plus populaire ?

Je ne pense pas pouvoir gagner de l’argent avec le E-Sport en Suisse, alors à 40 ans, j’imagine toujours que ma vie est la même qu’il y a cinq ans, avec une femme, un enfant et une maison, espérons-le. Un peu stéréotypé, mais oui, c’est ça.

Quelle: 20 Minuten